Vous êtes ici

Retour sur le tango “Joven”.

Retour sur le tango “Joven”.
Ecrit par Marc Tommasi sur: http://letangosecorse.canalblog.com/archives/2006/11/p10-0.html

Lorsque Pascal m’avait demandé des tuyaux sur le tango joven, je m’étais empressé de lui répondre sur les nouvelles tendances et la mouvance des pratiques. Patadura (no puede ser), dans un commentaire, a, de son côté, fait une analyse fine du tango “jeune” à Paris.
À la reflexion le mot est mal choisi et mérite amplement ses guillemets.
Je crois qu’il serait plus juste de parler de tango ouvert et de tango fermé.
La raison fondamentale en est qu’il n’y a pas de correspondance mathématique entre l’âge et le style de danse.
Le tango le plus pratiqué à Buenos Aires est définitivement le tango fermé, y compris par les jeunes. Le terme sonne un peu péjorativement, ce n’est pas intentionnel. (Disons tango apretado ou apilado ou …mais ce n’est qu’une question de terme). Le rajeunissement du tango à Buenos Aires est global. Il y a 10 milongas pour une pratique et même si il y a moins de jeunes dans les milongas, il y en a tout de même pas mal.
D’autre part des milongueros historiques, âgés ou déjà trépassés, comme Pepito Avellaneda, Mingo Pugliese ou Rodolfo et Maria Cieri dansent ou dansaient ouvert.
Enfin, les grands maestros du tango ouvert ont, pour la plupart, largement dépassé l’âge de cristal des 30 ans.
Dans un article pour la revue Tout Tango, j’avais parlé de l’abus de langage que l’on commet en associant tango milonguero et tango fermé. Je crois qu’il en est de même pour le tango “joven” (avec des guillemets) et le tango ouvert. Beaucoup de jeunes aiment danser fermé et puis, n’importe comment, dans la plupart des lieux de danse qui sont bondés, c’est la seule manière possible.
Reste que cette mouvance de danse ouverte existe et à la fois, correspond parfaitement à un état d’esprit plus relâché et colle de près aux nouvelles tendances de la musique.
Finalement ce sont plus des facteurs structurels extérieurs (musique, lieux, modes …) qui influent sur la danse que l’âge des artères.